AccueilCalendrierFAQRechercherConnexionGroupesMembresS'enregistrer

Partagez | .
 

 Noa'Mayan nar Moreh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Membre du Nexus

Messages : 10
Date d'inscription : 04/05/2017

MessageSujet: Noa'Mayan nar Moreh   Jeu 4 Mai - 14:24

Noa'Mayan nar Moreh
Sexe : F
Espèce : Quarienne
Âge : 25 ans - 16 ans au départ de la Voie Lactée
Faction : Nexus
Poste/grade : Scientifique - Spécialiste des cultures hydroponiques dextrogyres
Parenté : Orpheline
Situation maritale : Célibataire
Planète d'origine : Vaisseau Moreh
Histoire
Naissance, Enfance, Adolescence, Andromeda, Eveil, Vie sur le Nexus, Réaction aux évènements de la timeline
Bon, déjà, si vous voulez une interview, vous vous mettez ici, vous posez vos fesses sur une chaise, et vous n'en bougez plus. J'ai du boulot, et je veux pas que mon labo soit encombré par des intrus aussi réactifs qu'un Elcor dépressif. Vous pouvez filmer, mais vérifiez avec Kesh ou un de ses assistants s'il n'y a pas des éléments à effacer avant diffusion. Je m'occupe de cultures, pas de propriété intellectuelle. Pas mon truc les discussions d'avocats. Je pense que ça doit être un réflexe familial.

Ma famille, donc. Dans la Voie Lactée, mes parents étaient des chercheurs. Ma mère était d'ailleurs une cousine au second degré de l'Amirale Xen, qui était la responsable Recherche & Développement à bord de la flotille. Elle admirait Xen depuis son enfance, et c'est certainement pour ça qu'elle a choisi sa carrière. Mon père, lui, était autodidacte. Ses parents étaient soldats, mais pendant son pèlerinage il s'est retrouvé à travailler avec une équipe de biologistes galariens, et à partir de ce moment il s'est pris de passion pour les théories agricoles. Il est rentré au bercail avec dans la tête l'idée assez généralement vue comme "plutôt fantaisiste" (pour rester polie) qu'au point où en était notre espèce, mieux valait tenter de recréer Rannoch, plutôt que la reconquérir. D'ailleurs, il savait que son opinion n'était pas franchement dans la majorité, parce qu'il m'a toujours raconté que, plus jeune, il la gardait pour lui et préférait simplement parler de son intérêt biochimie et développement de cultures. Je ne m'en plains pas, notez, parce que son silence sur ses opinions, disons, de développement, a sans doute autorisé ma conception.

Oui, parce que mes parents se sont rapidement éloignés pendant que je grandissais, justement parce que ma mère partageait l'obsession de l'Amirale pour l'étude des geth, alors que mon père insistait, lui, pour qu'on les laisse tranquille et qu'on essaie de s'installer ailleurs. Autant le dire tout de suite : j'ai toujours été plus proche de lui, peut-être parce que contrairement à ma mère il savait déconnecter du boulot et s'occuper de moi. D'ailleurs, je m'aperçois que j'ai brûlé les étapes et que j'ai zappé l'étape de la naissance. Si, si, c'est intéressant. Attendez juste trente secondes que je lance quelques analyses, on a des résultats prometteurs en termes de fertilité avec des engrais conçus à partir d'organismes collectés sur Havarl, et plus tôt on les contrôle, plus tôt on pourra stabiliser notre productivité. Une simple batterie de tests statistiques pour détecter les faux positifs, c'est Lili qui s'en occupe. Pardon, le Logiciel d'Ingénierie et de Logistique, version I. L'IV qui m'assiste. Voilà, au boulot Lili.

Donc, je disais, ma naissance. Vous avez lu que je m'appelais "nar Moreh", et le Moreh était un vaisseau abritant parmi les laboratoires les plus sophistiqués de la flotille. Il n'était normalement pas conçu pour les accouchements. En théorie, j'aurais dû m'appeler "Noa'Mayan nar Shellen", sauf que ma mère affirmait qu'une broutille telle qu'une grossesse ne l'empêcherait pas de travailler, et assurait tout son entourage qu'il y avait du temps avant que je sorte. Il se trouve que j'étais assez pressée de sortir, et qu'au moment où elle a ressenti les premières contractions, il n'y avait plus de navettes disponibles pour retourner vers le Shellen. Du coup, mon père et des collègues ont bricolé comme ils le pouvaient un environnement stérile à l'intérieur du laboratoire, et un chercheur qui avait acquis quelques notions de médecine lors de son pèlerinage a procédé à l'accouchement. Je suis littéralement née dans un labo, c'est sans doute pour ça que je me trouve ici aujourd'hui. Enfin, pas sur Andromeda. A bosser sur une paillasse. En tous cas c'est ce que mon père m'a toujours raconté.

Cela dit, même si l'anecdote est drôle, je crois que ça a marqué les prémices de la séparation de mes parents. Mon père n'a jamais tout à fait pardonné à ma mère les risques pris avec ma santé, tandis qu'elle restait absorbée par les avancées de ses recherches. Bref, je vais pas vous faire le détail de mon enfance et de leurs disputes, mais cela ne vous surprendra certainement pas d'apprendre que j'ai fait le voyage jusqu'à Andromède avec mon père uniquement. A moins qu'un remède contre le vieillissement ait été découvert, ou que son équipe ait réussi à transférer des consciences dans des machines, elle est morte depuis longtemps. Je me demande parfois jusqu'où ont abouti ses recherches, en fin de compte. Enfin, rarement. Il y'a largement assez à faire ici pour ne pas penser à la Voie Lactée toutes les trois minutes.

L'enfance des Quariens n'est pas exactement la plus excitante à décrire. On est en environnement stérile, et la majorité de l'éducation se fait par le biais d'holos. Dès qu'il en avait l'occasion mon père passait dans mon environnement pour partager du temps avec moi, et à discuter de ce qui le passionnait : botanique, agriculture, génétique, autant de domaines dans lesquels les Quariens ne disposaient malheureusement pas d'équipement de pointe comme les Galariens ou les Asari. Mais ça ne l'empêchait pas de me parler des heures durant des nouvelles publications scientifiques, et de discuter de dynamique des écosystèmes en imaginant à quoi pourrait ressembler cette "Nouvelle Rannoch" qui hantait ses rêves. Même si je savais que mon père était vu, au mieux, comme un illuminé, j'ai adopté une partie de ses lubies.

Mais alors que je grandissais, je voyais qu'il se sentait de moins en moins à sa place. L'Amirale était une génie pour tout ce qui touchait aux intelligences artificielles, et il était de plus en plus pressé de rentrer dans le rang, ou alors de demander son affectation à un vaisseau agricole, quitte à s'intéresser aux plantes - un boulot essentiel, mais pas franchement satisfaisant intellectuellement. Et puis un jour, ne me demandez pas comment, il est venu me voir avec des yeux brillants, en me disant qu'on lui avait parlé d'un projet ambitieux et complètement fou qui pourrait changer notre futur - l'Initiative. Il ne m'a jamais dit qui l'avait contacté, mais il ne fallait pas être un génie pour voir qu'avec son enthousiasme idéaliste, il était un candidat parfait pour ce délire. La seule chose qui le retenait, c'était moi...mais avec le retard pris par l'Arche Quarienne, j'ai reçu ma première combinaison juste à temps, et j'étais donc libre de le suivre. J'avais 16 ans, et j'étais une des rares quariennes à ne pas avoir accompli mon pèlerinage avant d'embarquer.

Je vais faire une ellipse, là, vous vous en doutez. On m'a réveillée en 2821, et le médecin de bord, avec toute la délicatesse d'un krogan enragé m'a annoncé de but en blanc que mon père était décédé, et que j'avais été réveillée du fait de mes connaissances théoriques en botanique pour servir sur une des fermes hydroponiques du Nexus. En gros, on manquait de main d'oeuvre puisque mon père n'était plus là et qu'il était prévu que ce soit son job. Notez que je n'avais évidemment aucune expérience pratique, et que du jour au lendemain je me suis retrouvée à devoir maîtriser la nutrition et la physiologie végétales pour éviter que les Quariens et les Turiens d'Andromède ne meurent de faim. A 16 ans, je n'étais techniquement pas obligée d'obéir, mais il n'y avait pas grand chose d'autre à faire.

Comment mon père est mort ? Jamais eu les détails. L'arrivée de l'Arche ne s'est pas exactement faite sans douleur, et il a eu la malchance d'être parmi le personnel de bord réveillé à ce moment. Les dirigeants du Nexus n'aiment pas trop trop divulguer les détails de tout ce qui a foiré dans leurs plans, du coup j'ai seulement eu accès à des "on m'a dit que" et des "je crois que", mais pas de rapports d'autopsie ni quoi que ce soit de concret. En plus ils avaient d'autres pyjaks à fouetter, puisque j'ai été sortie de stase pendant la guerre contre les Kert. Mes requêtes devaient se voir attribuer des niveaux de priorité assez bas pour rendre fou même le plus patient des elcors.

Vous pouvez imaginer que ces premiers moments sur Andromède n'ont pas été les meilleurs de ma vie. Tirée de cryo pour apprendre qu'on est orpheline et que maintenant, c'est pas tout ça, mais il faut bosser, quand on a 16 ans, c'est pas fou. J'ai tenu deux ans en essayant de ne penser que plants, nutriments et photosynthèse, et quand j'ai eu 18 ans, j'ai décidé de faire mon propre petit pèlerinage et j'ai rejoint la seule affectation qui permettait de voyager - l'armée du Nexus. De toute façon, l'absence de planète dextro condamnait tout projet d'installation sur une des colonies, et j'avais atteint un point où la vue d'une culture hors-sol me mettait au bord de la crise de nerfs, il était donc temps de changer d'air et de littéralement découvrir de nouvelles atmosphères. La guerre était terminée, mais il y'avait du boulot rayon réparation, ce qui me convenait tout à fait.

N'allez pas vous imaginer que tirer sur des gens était une façon de dissiper mes frustrations. J'ai jamais aimé les armes. J'ai appris à tirer au fusil et au pistolet - je préfère le pistolet - mais je suis pas une cador. Par contre, il faut croire que j'ai hérité de quelques traits de ma mère parce que j'ai tout de suite pigé comment fonctionnaient drones et tourelles, ou comment faire pour, erm, s'introduire dans un terminal crypté. De la génétique, sans doute, si ce que ma mère racontait sur sa cousine était vrai. Comme il y'a toujours besoin d'un peu de subtilité dans une escouade, ces dons m'ont permis de participer à plusieurs missions planétaires en tant que spécialiste technologique. Je vérifiais les défenses d'un avant-poste ou bien je servais de couverture sur le terrain, mais c'était très rare que j'aie à me servir de mon arme. Tant mieux, parce que nous autres Quariens aimons encore moins les blessures par projectiles que les autres races, et je n'avais pas le rang suffisant pour être équipée des générateurs de bouclier les plus performants.

Tout ça a duré pendant quatre ans, et c'était nettement plus enthousiasmant que mon arrivée sur Andromeda. Et je ne suis pas revenue ici parce que je me lassais, mais j'ai...comment dire, retrouvé ma voie ? C'est une visite sur Eos qui a tout déclenché : on devait suivre des bruits selon lesquels des pirates, ou des Exilés, ou ces connards de Roekaar - eux, je les hais, là aussi il doit y avoir une part de génétique mais quiconque est assez débile pour commettre un attentat dans une spation spatiale mérite uniquement d'être jeté à travers le sas le plus proche, bref - qu'ils faisaient des âneries près de ruines reliquates. Une mission de routine complète, mais elle m'a poussée à m'intéresser à la technologie reliquate, que j'avais jusque là royalement ignorée, étant bien assez occupée avec celle originaire de la Voie Lactée. C'est le fait d'apprendre que les reliquats pouvaient terraformer des planètes, surtout, qui m'a passionnée. Pas besoin d'expliquer pourquoi, je suppose.

Du coup, j'ai demandé à reprendre mon poste d'origine, ce qui n'a posé aucun problème car les cultures hydroponiques dextrogyres ne semblent bizarrement pas constituer un choix de carrière très recherché. J'ai été nommée responsable parce que j'étais la plus compétente. Et aujourd'hui, je partage mon temps entre éviter la famine de mes semblables, et apprendre tout ce que je peux apprendre sur le fonctionnement de la technologie reliquate pour tenter, un jour, de réaliser le rêve de mon père : créer notre nouvelle Rannoch.



Apparence
Mais j'en ai tellement marre de cette question ! "A quoi tu ressembles en vrai ?" Hé, si je voulais que vous le sachiez, je porterais un masque transparent. Si vous voulez des banalités, je suis dans la moyenne basse de taille pour une Quarienne, vers le mètre cinquante-cinq. Je suis blonde, pour ce que ça vous avance de le savoir. Et j'aime bien le jaune, comme vous devez vous en doutez en voyant ma combinaison. La raison n'est pas exactement glorieuse - quand j'étais petite, j'avais été fascinée par une combattante asari dans une holo qu'on nous avait montrée, et c'est seulement des années plus tard que j'ai appris qu'elle faisait partie d'Eclipse, et qu'elle était donc probablement une meurtrière endurcie. Mais c'était trop tard, et j'étais déjà "la gamine qui s'habille en jaune", donc difficile d'en changer. Nous autres Quariens on évite les changements de look trop brusques, parce qu'il faut quand même qu'on se reconnaisse, et tout le monde n'a pas un très bon sens de l'observation.

Je suis de stature fine, ou pour le dire crûment, je ne suis pas à la hauteur du stéréotype des "hanches quariennes". Je sais quelle réputation nous avons, pas la peine de nier, maintenant que nous ne sommes plus forcés de vivre isolés dans notre flotte, les ragots parviennent aussi à nos oreilles. Mais je suis robuste, et je pense que mon système immunitaire, lui, est assez costaud - pour une Quarienne. Je me suis très bien remise de ma première rupture de combinaison.

Et pour le reste, voyez avec les archives du Nexus, ils ont toutes mes données biométriques.


Caractère
Je pense que ça ne vous a pas échappé, mais je suis plutôt directe. Les Quariens sont normalement diplomates pour des raisons sociales, parce que les gens avec lesquels on échange vivent dans le même espace que nous. Donc si on se prend irrémédiablement la tête avec quelqu'un, on va le croiser encore des dizaines et des dizaines de fois, et ça peut rapidement devenir gênant. Remarquez, c'est beaucoup moins vrai dans Andromède, donc peut-être suis-je la Quarienne du futur ? Je suis aussi une grosse bosseuse, surtout quand ce que je fais me passionne. J'ai demandé à installer un matelas dans un coin du laboratoire, mais on m'a dit que ça allait à l'encontre des mesures de sécurité.

Je vois pas trop de quoi d'autre vous parler...ah si : je hais les Roekaar. Profondément. J'étais sur le Nexus au moment de l'attentat. Pour moi, tous ceux capables de commettre ou de supporter ça méritent un aller simple sans scaphandre autonome vers la très haute atmosphère. J'ai rien contre les Exilés qui vivent leur vie sur Kadara - vous devez bien imaginer pourquoi - mais être assez crétin pour poser des bombes sur des stations spatiales, ça me hérisse fondamentalement. Je ne pense pas que la justice mérite de consacrer du temps à ces abrutis.

Mais n'allez pas croire que je suis asociale. Je sais me tenir et être polie, tant qu'on ne me fait pas perdre mon temps, ou qu'on ne remet pas mes compétences en doute. Oui, ça aussi, je déteste. Je fais ce que je fais parce que je suis douée, pas parce que "il fallait un Quarien pour des raisons diplomatiques". Quant aux clichés sur nous qui ont voyagé depuis la Voie Lactée, je préfère totalement ignorer ceux qui sont assez bêtes pour les répéter. C'est peut-être pour ça que j'aime beaucoup les Krogans, parce que eux aussi ont l'habitude de se faire regarder de travers avant même d'avoir ouvert la bouche. Bon, y'a aussi le fait que Kesh est largement la personne la plus compétente à bord du Nexus. Je corresponds avec son homme de temps en temps, niveau botanique, c'est une pointure, il est plein de bonnes idées. Tant pis pour ceux qui ne sont pas assez malins pour s'en apercevoir parce que "c'est un krogan, impossible qu'il soit passionné par les sciences".

Malgré tout ça, je suis plutôt du genre pacifique. Je déteste la violence. Oui, je sais, j'ai fait partie de l'armée, mais notez que mon job c'était surtout de défendre et de protéger les autres, ou d'obtenir des informations. J'éprouve une aversion instantanée pour tous ceux qui parlent d'"ivresse du combat" ou d'effets bénéfiques de l'adrénaline. Genre "je ne me sens vivant que quand je frôle la mort". Pour moi ces comportements oscillent entre l'irresponsabilité pure et la sociopathie dissimulée. J'ai eu le droit de garder une arme du fait de mon temps de service, et celle-ci ne quitte jamais le conteneur sécurisé dans mes quartiers, sauf à intervalles de temps réguliers quand je procède à un nettoyage de routine. Hé, je suis quarienne, donc c'est pas chez moi que vous trouverez des objets technologiques qui fonctionnent mal. L'autre jour j'ai passé quatre heures à reconfigurer ma lampe de chevet pour pouvoir changer à distance la lumière d'émission. Non, c'était pas prévu par les configurations initiales, c'est pour ça que j'y ai passé des heures, et pas trente secondes.

Mon pêché mignon ce sont les holos débiles. J'en regarde toujours un ou deux épisodes avant de dormir, histoire de me vider le cerveau. Plus ils sont bêtes, mieux ils passent. Je ne suis pas difficile : ça peut être du policier, ou de l'eau-de-rose, ou même de l'humour turien. Les vids ont jamais été très populaires à bord de la flotille parce que, eh ben, on avait pas trop d'argent à jeter par les fenêtres, mais je suis heureuse de voir que les autres races n'avaient pas de telles limites. Je les remercie, même.

Voilà, c'est tout. Oubliez pas le passage par le sas de décontamination avant de sortir, sinon c'est moi qui vais m'en occuper manuellement au produit désinfectant et ça risque d'être nettement moins agréable.


Complément d'information
Signe(s) distinctif(s) : Ben, surtout une combi jaune. Les tatouages ne sont pas visibles, de toute façon. A une IV de travail (sur)nommée Lili. Possède un Phalanx ainsi que les programmes OmniTech hérités de ses années de technicienne militaire - déploiement de drones, de tourelles, et piratage.
Relations avec les autres : Pas le temps, non.
Des liens prédéfinis ? : Nope.
L'objectif de votre personnage à long terme ? : Faire en sorte que les dextros aient une planète où ils puissent vivre. Aider le Nexus à se débarrasser des Roekaar, si elle a le temps.


Plus sur vous (facultatif)
Crédits avatar : Shidzaku (http://shidzaku.deviantart.com/art/Mass-Effect-Quarian-447719776)
Comment avez-vous connu le forum ? Google
Est-ce un double compte ? Pas à ma connaissance
Des remarques ? C'est pas les bons Pionniers pour les Asari et les Galariens, mais à part ça, non :)

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gestion de Profil RP
Âge: 32 ans
Organisation: Initiative / Indépendante
Rang: Chef architecte
Voir le profil de l'utilisateur



Messages : 47
Date d'inscription : 19/04/2017

MessageSujet: Re: Noa'Mayan nar Moreh   Jeu 4 Mai - 14:27
Bienvenue à toi Yeah
Pour ta remarque, si en fait. Disons simplement que dans le jeu, pour certaines raisons, il peut y avoir différents Pionniers. Razz
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur


Membre du Nexus

Messages : 10
Date d'inscription : 04/05/2017

MessageSujet: Re: Noa'Mayan nar Moreh   Jeu 4 Mai - 22:25
Oui je sais bien, je dis juste que vous avez pas choisi les bons What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Gestion de Profil RP
Âge: 46
Organisation: L'Oeil d'Heleus
Rang: Leader
Voir le profil de l'utilisateur


Administrateur

Messages : 51
Date d'inscription : 09/04/2017
Localisation : Quelque part

MessageSujet: Re: Noa'Mayan nar Moreh   Ven 5 Mai - 13:23
Salut à toi, jeune Quarienne !

Après lecture de ta fiche, je n'y vois pas de défauts majeurs, sa lecture en est fluide, et on peut sentir que ton personnage a du caractère ! Un petit manque de dates, mais les précisions sur le nombre d'années qui passent compensent cela, donc je te valide ! Si tu veux rechercher un RP, penses à passer par ici ; si tu souhaites approfondir ton personnage et son histoire, n'hésite pas à créer ton Journal de bord ! Et si ce n'est pas encore fait, tu peux également jeter un coup d'oeil au Codex des Archétypes si tu veux mieux appréhender le combat IRP !

Bon jeu à toi, et bienvenue sur le forum ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Noa'Mayan nar Moreh   
Revenir en haut Aller en bas
 

Noa'Mayan nar Moreh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Café] - "Je refais ma vie, sans toi." [Pv Mayan]
» Qui a dit qu'Elea Mayan ne pouvait pas travailler??! [Pv]
» [Defis d'Elea Mayan pour Tali]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mass Effect Beyond :: Hall du Personnage :: Présentation des Membres :: Fiches Validées-